Route 26 La Rochelle Les Minimes prévision météo tenue

 

ENVOYER MOI VOS PHOTOS SUR ramses18@wanadoo.fr.

Au revoir les Sables et l’hôtel La Côte Sauvage bien accueillant et reposant, au revoir Thierry.

DSC_0668

DSC_0669
En route pour La Rochelle

Quelle nouvelle aventure va-t-il m’arriver aujourd’hui ? Il y a deux mois je me disais  » quel nouveau problème va-t-il m’arriver aujourd’hui ? ». Maintenant je suis beaucoup plus serein, ayant fait le tour de beaucoup de problèmes. Donc descente avec le vent et le courant. Tranquille presque. Bourguenay et Jard passent rapidement,  ciel couvert, vent portant moyen. Approchant de la Pointe du Grouin du Cou, avant La Tranche sur Mer, j’aperçois une barre de vagues déferlantes qui se rapproche.  Grand coup de lof sur tribord pour passer plus au large. Le ciel s’assombrit et un petit crachin s’installe. Les penons de voile (petits fils de laine qui indiquent si le vent est laminaire ou turbulent sur les voiles) sont collés par la pluie et n’indiquent plus rien. Je navigue à l’aide de repères lointains.  Le crachin redouble, le ciel s’assombrit et le visibilité se réduit beaucoup. Tout devient gris sur gris. Je vois un voilier me croisant sortant du gris à quelques centaines de mètres à peine. Je me dirige avec le compas.  Un ronronnement de moteur est persistant sans que je puisse bien préciser sa direction et comme il y a un trafic de navette entre La Tranche et l’île de Ré, je reste très vigilant. Ce n’est pas du brouillard mais presque et le vent molit beaucoup,  je descend en dessous de deux noeuds et pense au courant qui va se renverser bientôt et au douze Miles qu’il reste à parcourir. Ma deuxième expérience de « pas de visibilité « . PC-Course, qui me suit au tracking, m’appelle au téléphone pour avis. Ou cela dure dix minutes et ça va, ou cela dure deux heures et ça ne va pas du tout, seul recour le retour à La Tranche. Cela me rappelle un départ de Portsall où j’avais fait demi-tour. Il est midi et demi.  je décide de continuer et on refait un point à 14H00. Il y a encore du temps dans l’après-midi avant de décider le point de chute, et la météo est optimiste pour la fin de journée. Le ronronnement est toujours présent et lointain. D’autres voiliers sortent du gris et me croisent pas très loin. Le crachin diminue, la visibilité s’améliore un peu, le vent forcit légèrement.  Bons signes. Le crachin disparaît et le vent remonte très vite maintenant,  les moutons ne sont pas loin. Je repars vite, largue serré,  GV plate, pas de clapot,  un régal enfin. Le GPS donne ma vitesse à huit noeuds,  neuf noeuds, après j’arrête de le lire et regarde l’étrave sous le vent.  La roue du chariot de plage sous le vent se met à tourner toute seule quand elle touche l’eau.  Ça va très vite,  j’aime mais fait très attention. Je vois le pont de Ré au loin. Grand moment de plaisir assis presque sur la poutre arrière tribord et tenant la drisse de GV en direct à la main (elle n’est donc pas coincée dans le taquet). 15h00 j’arrive au pont après avoir dépassé quelques voiliers un peu surpris de voir Ramses18 arrivant fièrement de nulle part dans des gerbes d’écume. Les Minimes, affalage, capitainerie,  émargement arrivée,  repos matelot.

DSC_0671

Demain mardi, direction Boyardville.
Puis mercredi, objectif Le Verdon sur Mer à l’embouchure de le Gironde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.