Une journée de raid d’un Dartiste en mer

Dans cet article, sans parler de la navigation elle-même, je vais essayer de raconter tout ce qui était pour moi une journée normale de raid en mer, coté Nord Manche Atlantique. Du réveil sur le trampoline sur la plage jusqu’au coucher dans une marina.

Je pensais avoir beaucoup de temps à moi dans une journée, hé bien non! C’était la course tout le temps, tous les jours.

Le Départ Réveil avec le jour, le ressac plus ou moins lointain, les premiers cris des mouettes (et çà crie fort une mouette le matin). Je ne bouge pas et tâtonne entre les sacs jaunes pour trouver mes lunettes et regarder l’heure, vers 6h – 6h30 en général. Je ne bouge toujours pas et essaye de prolonger le dernier rêve qui s’efface déjà. Les pensées reviennent à la réalité du moment, en chien de fusil entre deux sacs, la tête appuyée sur un pare-battage et le gilet de sauvetage en guise d’oreiller. Je détends mes jambes, les pieds dépassent la poutre arrière,  et je m’étire comme je peux pour me dégourdir. Je n’ai pas froid et ne suis pas mouillé, tout va bien.
DSC_0572
Je soulève la GV qui borde les deux sacs et regarde dehors, ciel rougeoyant au loin ou ciel gris partout? Le penon de patte d’oie pantelant inerte ou faseyant dans un petit vent matinal? La mer remonte mais est encore loin, j’ai le temps mais pas de grasse matinée. Je pousse la GV et tâte le dessus des autres sacs, il y a généralement de la rosée dessus. Arrive le premier moment difficile de ma journée. Me mettre debout et tout me remettre en état de marche. Je mets une jambe puis l’autre sur le sable ou sur le ponton, retrouve la verticale et commence à faire quelques pas. Je suis en combinaison sèche avec mes bottillons, je dors toujours comme cela sur le trampoline, échoué sur la plage ou amarré sur l’eau. Amarré au ponton, le trampoline est tout proche de l’eau et le moindre remous ou clapot mouille le trampoline. Quelques pas encore, sur la plage tout est calme et serein, personne.

DSC_0301

Omaha Beach

Les premiers joggers, promeneurs de chiens, ou engins nettoyeur de plage vont bientôt arriver. Les pécheurs descendent leurs canots. C’est le moment le plus difficile pour moi, de me remettre en route le matin. Je pensais pouvoir faire un peu de gymnastique le matin pour me « décrasser », rien du tout. Je retourne au catamaran, il faut préparer le départ. Au début je mettais une heure à une heure et demi pour préparer un départ, à la fin j’arrivais à une demi heure à une heure, jamais moins. Allez courage, aujourd’hui petit déjeuner lyophilisé, j’ouvre le sac « Cuisine » (chaque sac a un nom maintenant, plus parlant qu’un numéro – les autres sacs s’appellent Atelier – Vêtement Perso – Vêtement Navigation – Cambuse Pharmacie). Je sors le bidon d’eau potable, le gobelet doseur et couteau, fourchette, cuillère. Pour les sachets plusieurs choix parmi les crumbles au fruit, les smoothies, les crèmes vanillées et compotes de pomme ou alors la grande pochette petit déjeuner 800 kCalorie complet avec café lait barre et un sachet. Je préfère souvent la grande pochette qui m’évite de chercher au fond du sac. J’ai pris l’habitude de manger froid, l’électricité m’ayant lâché assez tôt, je n’utilise plus le serpentin chauffant de camionneur pour réchauffer l’eau. Je refais en mangeant un point sur Weather4D et Météo Marine Consult, parfois, aussi, au début, la météo sur la VHF, pour vérifier les prévisions et leurs cohérences, c’est  important la cohérence des diverses prévisions. Je reprends le Bloc Cotier pour les conditions d’arrivée au port d’arrivée visé, canal VHF le 9 ou le 12 en général, les horaires d’ouverture des sas et la configuration du port et du ponton d’accueil.
DSC_0720
Les points longitude latitude importants sont déjà rentrés la veille au soir dans le GPS avec les indications des cardinaux à respecter. C’est important de bien respecter les cardinaux et les balises de chenaux quand on n’est pas du pays, même si on a peu de tirant d’eau. Quand je suis sur une plage la mer remonte vite et je n’ai pas besoin de sortir le chariot de plage qui est bien fixé sur les coques juste devant la poutre avant. D’ailleurs, à cette heure, il n’y a pas souvent grand monde sur la plage si j’avais besoin d’être aidé. Je range le « petit déjeuner » et commence à me préparer pour partir. Vérification des doubles fixations du baril des cartes et des 5 sacs jaunes (j’en ai retrouvé un à bâbord cintré retenu par le hauban, la fixation avant ayant lâché en pleine navigation depuis je ne sais combien de temps. Merci la deuxième fixation!). Rangement et fixation du grappin, de la chaine et du boute de mouillage. Vérification du niveau de batterie moteur et de la batterie du smartphone. Ensuite, mise en route du tracking WindLiveTracker qui permet au PC-Course (Pierre, Olivier et Anne et aussi Michel ou Daniel) de suivre rassuré le bon déroulement de l’étape et permet aussi à vous, chers lecteurs du blog, d’avoir le détail du trajet parcouru quand j’arrive à avoir le fichier du tracé. Il est très simple à mettre en œuvre.

Screenshot_2015-09-17-14-00-38

 

Rédaction avec mes gros doigts sur les petites touches du mail d’Emarge Départ à PC-Course. Après je finis mon habillage, à savoir j’enfile le gilet de sauvetage et la casquette et, avec de très nombreuses contorsions, j’enfile le Lycra noir, puis j’attache sur les bretelles du gilet le GPS, la VHF et le smartphone que je range sous le Lycra. Ensuite je mets au mieux le catamaran face au vent pour hisser la GV, sans hook et avec un taquet coinceur en pied de mât. Rangement de tous les boutes du trampoline.
DSC_0376
La mer est là, bien calculé le point d’échouage la veille au soir, c’est tout un art de faire le « pingouin » dans l’eau afin d’échouer le bateau au bon endroit pour pouvoir partir à la bonne heure le matin. Je descends un peu le catamaran sur le sable et plouf, il flotte. Départ à la voile ou au moteur selon les conditions. Il est souvent 9h passé, presque 10h, quand je suis rapide dans cette préparation.

La journée  Que se passe-t-il sur l’eau à part naviguer? « Tu ne t’ennuies pas parfois toute la journée sur l’eau? » ou « Ha bon, 10 à 12 heures de navigations, c’est long! Et tout seul en plus. » J’en ai entendu des remarques sur la solitude et  le solitaire. Hé bien non, je ne m’ennuie pas et je ne trouve pas le temps long. Le départ commence avec le deuxième moment difficile de la journée. Celui où je pars, où je quitte un endroit, un endroit nouveau que j’ai découvert, aimé et gravé dans ma mémoire, où j’ai rencontré des inconnus venus vers moi pour m’aider, poser une question ou juste regarder ou partager du temps. Moment de quitter avec toujours un peu de tristesse et un dernier regard en arrière, un sourire, un petit signe de la main. On se reverra…. Puis je me retourne vers l’avant et mon esprit s’envole vers cette nouvelle étape, sa distance , sa durée, le ciel et la mer.

Donc la journée, je navigue, je barre, je tiens le stick d’une main et l’écoute de GV ou de foc de l’autre ou posée sur les genoux. Peu après le départ, puis toutes les heures, je fais un point GPS pour évaluer la vitesse, la distance restant à parcourir et l’heure probable d’arrivée. Et je regarde si cette heure d’arrivée est stable ou non, avance ou recule. Si l’heure probable d’arrivée recule trop, alors vers 13-14 heures avec le PC-Course on étudie les possibilités d’une arrivée sur les abris plus proches et déjà repérés, donc déjà dans le GPS. Sinon, je mets le catamaran en panne et, à l’arrêt, je rentre le nouveau point d’arrivée dans le GPS. C’est arrivé souvent dans le nord avec les renverses de courant qui subitement, même si c’est prévisible, retarde une arrivée possible en fin d’après midi, avec toujours la même  question: « j’y vais quand même , même si j’arrive à 20 heure ou plus? ». Pour 2 nœuds de courant, et il y en a plein des 2 nœuds de courant de marée du Nord jusqu’à l’Ouest,  la question est « 12 Miles à 6 nœuds, c’est 2 heures, mais à 2 nœuds, c’est 6 heures,  alors arrivée à 17 heures ou à 21 heures? ». Je/on a toujours choisi de décrocher et de ne pas insister même à l’ile d’Yeu où pourtant je n’étais pas très loin (et Fromentine est un joli petit port face à la Baie de Bourgneuf). Il y a eu aussi des périodes téléphones au milieu de l’eau avec Pierre principalement. Malgré des essais de téléphone dans la pochette étanche ( Si, si çà marche) je préfère m’arrêter en panne et sortir le téléphone de sa pochette quand les conditions le permettent. C’est comme en voiture : téléphoner ou barrer il faut choisir. Dans les moments plutôt calme, j’ai aussi envoyé des emails ou des textos, quand il  n’y avait pas de risque à lâcher la barre et pas de vagues à surveiller.

De même, dans la pétole j’ai démonté et réparé sur le trampoline un safran dont les galets avaient sautés.
DSC_0501
Une autre fois, j’ai fait un déjeuner lyophilisé complet. Ou alors je m’inquiète sur la fiabilité des prévisions météo attendant que le vent rentre comme prévu et envisageant des plans de secours au moteur ou une nuit à l’ancre au milieu de nulle part. Mais le vent est toujours revenu, dans le sens prévu ou dans l’autre. Et puis aussi quand le temps le permet, je gamberge et pense à la famille, aux amis, aux rencontres, et ne m’inquiète plus de savoir quelle nouvelle aventure m’attend à l’arrivée. La vie est si courte, il ne faut pas gaspiller ces moments si rares où l’on peut se laisser aller à penser aux gens que l’on aime.
DSC_0366

DSC_0391

Il m’arrive aussi parfois de faire la course avec des voiliers, et je ne gagne pas toujours par vent faible, surtout avec les Bisquines qui, quand je quittais Granville, m’ont déposées proprement dans la brume, rapide les vieux gréements!

 

D’autres moments de plaisir aussi devant de belles falaises, un cap magnifique, un petit village blotti dans le creux d’une falaise, des rochers saillants pointant vers le ciel, une magnifique plage de sable et des milliers de parasol, une baie avec les phoques vous accueillant lascivement sur la berge.
DSC_0562
Je regrette de n’avoir pas été bien équipé en appareil de photo étanche et de n’avoir pas su bien utiliser la GoPro.

Et quand le vent est fort ou la mer tourmentée, pas de gamberge, vigilance permanente, une seule obsession : comment est la prochaine vague, écoute à la main et barre tenue franchement. Pas question de photo ou de répondre au téléphone.

La journée se passe vite, et c’est déjà l’entrée du port. Maintenant il faut affaler la GV, préparer les amarres et pare-battages, et sortir la VHF.

L’arrivée. L’arrivée est aussi une aventure, un endroit inconnu malgré la préparation et Google-Earth. Le GPS est précis, mais où est cette balise verte ou rouge à l’entrée du port? Je me repère souvent aux autres bateaux pour trouver l’entrée du port. Et où est le sas d’entrée et le ponton d’accueil? Et puis j’y arrive, en regardant partout, en ressortant le Bloc Côtier, en appelant la capitainerie à la VHF, ou en hélant un autre bateau. Et la course se poursuit, amarrage au ponton, passage à la capitainerie, règlement, taxe de séjour, les codes d’accès ponton et sanitaires, électricité et eau, tout ça en combi sèche, harnaché jusqu’au Lycra, avec ma barbe de plusieurs mois. J’ai faim,  je n’ai rien mangé depuis ce matin! Allez, ce soir c’est pizza et spaghetti. Il est déjà huit heure, Oups! je dois faire l’émargement arrivée pour PC-Course, toujours avec mes gros doigts sur les petites touches. Je retourne au catamaran pour me changer, me mettre en civil, et ne pas oublier de remettre les batteries en charges. Tiens, il y a des gens prés du Ramses18. « Bonjour, vous faites le Tour de France? C’est courageux! » ou « Venez prendre un petit verre à bord, racontez-nous votre voyage ».  J’avais un peu de distance au tout début du voyage, mais j’ai vite appris à apprécier toutes ces invitations,  comme : Mais rester diner, une douche, on peux vous aider? – Viens dormir chez moi, tu ne vas pas dormir sous l’orage – Reste au club, il y a de la place dans la voilerie – J’ai une bannette libre à bord, viens dormir – et bien d’autres invitations à chaque étape.
DSC_0050_2
Sans parler des escales passées chez des amis, des Dartistes ou la famille. Tous les soirs c’est une nouvelle aventure, généralement imprévisible, et toujours plaisante. Parfois j’arrive à m’éclipser et quand je suis seul, je mange vite et je met à jour le blog, mes devoirs de vacances. Allez, même très fatigué, un petit blog avant de m’endormir, avec mes gros doigts sur les petites touches. Et je finis toujours par m’endormir, même quand c’est sur le trampoline. Ha, j’ai oublié de préparer la navigation pour demain, je la ferai demain matin…

Qu’est ce que je vous disais que c’était la course tout le temps, tous les jours.

 

 

Plusieurs commentaires sur “Une journée de raid d’un Dartiste en mer

  1. Bonjour,
    Super idée, merci pour le récit, cher Ramses18.
    Cela doit être fantastique de naviguer chaque jour et pourquoi pas la nuit également en flottille avec des potes………et dormir chaque soir plus loin…..
    Merci, Ramses18.

    Christophe. Fut un temps, du département 18, rire…..

  2. Ils me manquaient tes articles.
    Merci Ramses pour nous faire revivre encore un peu de cette aventure fabuleuse.

    • Bonjour Jean-Guillaume,
      je viens de mettre le pressbook en ligne, il manque juste deux articles et un interview que j’ajouterai si j’arrive à les obtenir.
      Suivra ensuite trois articles sur le parcours et la navigation des 71 étapes.
      Cordialement.
      Ramses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.