Matériel obligatoire – recommandé – embarqué revu

Après un rappel sur la définition officielle d’un abri et de la catégorie C du Dart18, cette article résume mes remarques sur le matériel de sécurité obligatoire recommandé ou embarqué. En fin d’article un tableau de la « Division 240 » donne la liste de matériel à embarquer des maintenant 4 catégories de navigations.  (ELI: http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2014/12/2/DEVT1426342A/jo/texte)

La notion d’abri applicable au 01/05/2015 :
« 2. Abri : endroit de la côte où tout engin, embarcation ou navire et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant, atterrissant ou accostant et en repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques du moment ainsi que des caractéristiques de l’engin, de l’embarcation ou du navire.

La catégorie de navigation / catégorie de conception C:
C. – « A proximité de la côte » : bateaux conçus pour des voyages à proximité des côtes et dans de grandes baies, de grands estuaires, lacs et rivières, au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à la force 6 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative jusqu’à 2 mètres compris.

La « Division 240 » rappelle aussi le rôle et les responsabilité du chef de bord.

 

 

Equipement individuel de flottabilité : je portais toujours en naviguant en eau salée comme en eau douce, par dessus la combinaison sèche, un gilet de sauvetage 50 Newton parfois recouvert d’un Lycra noir. Je mettais en pochettes étanches une VHF, un smartphone ou tablette, un GPS. Sous le Lycra en mer ou accroché au mat couché en eau douce. J’avais aussi un gilet 150 Newton à cartouche de gaz, si gros temps ou grande distance.
Un dispositif lumineux. J’avais un brassard flashlight et lampes électriques. Jamais eut besoin de l’utiliser.
Moyens mobiles de lutte contre l’incendie : sans objet
Dispositif d’assèchement manuel: une pompe à main, puis un tuyau de siphonage. J’ai utilisé les deux souvent.
Dispositif de remorquage : j’avais 20 mètres de boute triangulé par une patte d’oie sur les cadènes avant et relié au pied de mat. Utilisé quelques fois.
Ligne de mouillage (si masse lège ≥ 250 kg) : J’avais un grappin avec chaine, et 20 mètres de boute. Utilisé quelques fois à flot pour maintenir le catamaran, et plusieurs fois pour sécuriser un échouage.
Annuaire des marées: en papier dans le bloc Côtier Nord et Atlantique et en électronique avec Météo Consult Marine et autres logiciels du Web. Toujours utilisé.
Pavillon national (hors eaux territoriales) : oui sur côtes Nord et Ouest et canaux.
Dispositif de repérage et d’assistance pour personne à la mer : rien au sens de la Division 240 (pas de bouée ni de canot de sauvetage).
Trois feux rouges à main: oui au fond du sac de trampoline
Compas magnétique: un au pied de mat, un autre de Sven dans un rond de trappe arrière, un à main au fond d’un sac, et les compas électroniques du GPS et du Smartphone. Toujours utilisé.
Cartes marines officielles: une copie plastifiée, très peu utilisée, de chaque étape extrait du SHOM France numérique via Weather4D. Et la même carte numérique dans smartphone 5.2 pouces et tablette 7 pouces. Ainsi que tous les éléments des Blocs Côtier Nord-Atlantique et Méditerranée.
Règlement international pour prévenir les abordages en mer (RIPAM) et Description du système de balisage : dans les Blocs Côtier Nord-Atlantique et Méditerranée et les manuels de formations côtier et fluvial.

Voila pour la partie obligatoire Navigation Côtière. En plus j’avais embarqué:
Un mousqueton et ligne de vie 4 mètres au pied de mat : jamais installée.
Une gaffe à bout non métallique : très souvent utilisée
Un rond de mouillage : jamais utilisée et vu une seule fois en 4 mois sur un voilier au mouillage.
Une pagaie : jamais utilisée
Un bout de resalage : juste utilisé comme amarre d’appontage rapide
Un kit Tangon de resalage : jamais utilisé sauf durant les essais de mise au point en 2014
Une corne de brume : utilisée en fluvial
un miroir: jamais utilisé
un sifflet : dans la combi sèche, jamais utilisé
deux GPS :ils n’ont pas survécu même dans des pochettes supposées étanches, j’en ai acheté un troisième.
deux VHF :elles n’ont pas survécu même dans des pochettes supposées étanches, j’en ai acheté une troisième.
un smartphone et une tablette :Ils n’ont pas survécu même dans des pochettes supposées étanches, j’ai acheté un autre smartphone. En mer, j’avais toujours sur moi, sous le gilet de sauvetage, une VHF un GPS et un Smartphone ou Tablette.
quatre pare-battages : souvent utilisé
une ferrure en tête de mât avec doublage haubanage filaire vers les quatre cadènes: Utilisé une fois, cela à éviter un démâtage à Concarneau
un chariot de plage: utilisé quelquefois à terre et aussi comme protège étrave sur les canaux
une pharmacie: 4 kg dans une boite étanche, utilisée quelques fois (coupure poignet, tendinite, crevasses, brulures, etc….)
Kit de couture: Aiguille et fil à surlier, utilisé pour recoudre le foc.
Caisse à outil et pièces de rechange: plein de kg,  utilisé très souvent, surtout au début.
Un feu de route vert rouge blanc et un feu de pont: Utilisé un peu au début en manœuvres portuaires matinales ou tardives, puis l’eau de mer a détruit le régulateur et les câblages électriques.
Prise électrique de ponton et rallonge de 18 mètres: Acheté en route et très souvent utilisées aux ports mer et canaux.

Voila, j’oublie surement quelques détails, mais le principal est là. Je ne me pose pas la question de ce qui a été inutile, chacun trie deux fois ses trois paquets comme il l’entend et emporte ce qu’il veut ensuite (proverbe méditerranéen de Cavaillon).

Olivier, j’ai eut quelques problèmes à remettre mon PC en route, buggué grave par « Trovi » et autres après quatre mois d’absence (Trojan, préemption sur le clic souris pour insérer des branchements non désirés, inhibition des update de mises à jours, des restaurations, des arrêts machine, etc… Beurk !) .

J’espère avoir répondu au mieux à ta question.

Autres questions ??? ou commentaires …

Donc la « Division 240 » donne des listes de matériel à embarquer.
(ELI: http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2014/12/2/DEVT1426342A/jo/texte)

 

 

 

 

Le tableau ci-dessous résume les dispositions d’embarquement du matériel d’armement et de sécurité, sans se substituer aux articles pertinents du chapitre 240-2.

 MATÉRIEL BASIQUE CÔTIER SEMI-HAUTURIER HAUTURIER
 Equipement individuel de flottabilité x x x x
 Un dispositif lumineux x x x x
 Moyens mobiles de lutte contre l’incendie x x x x
 Dispositif d’assèchement manuel x x x x
 Dispositif de remorquage x x x x
 Ligne de mouillage (si masse lège ≥ 250 kg) x x x x
 Annuaire des marées x x x x
 Pavillon national (hors eaux territoriales) x x x x
 Dispositif de repérage et d’assistance pour personne à la mer x x x
 Trois feux rouges à main x x x
 Compas magnétique x x x
 Cartes marines officielles x x x
 Règlement international pour prévenir les abordages en mer x x x
 Description du système de balisage x x x
 Trois fusées à parachute et deux fumigènes ou une VHF fixe x x
 Radeau de survie x x
 Matériel pour faire le point x x
 Livre des feux x x
 Journal de bord x x
 Dispositif de réception des bulletins météorologiques x x
 Harnais et longe par navire pour les non-voiliers x x
 Harnais et longe par personne embarquée pour les voiliers x x
 Trousse de secours conforme à l’article 240-2.16 x x
 Dispositif lumineux pour la recherche et le repérage de nuit x x
 Radiobalise de localisation des sinistres x
 VHF fixe x (à partir du 1er janvier 2017) x
 VHF portative x

 

Plusieurs commentaires sur “Matériel obligatoire – recommandé – embarqué revu

  1. Louis, ton inventaire apparait très complet. Avec l’expérience qu’est ce que tu laisserais vraiment à terre pour un prochain tour de france… A la louche tu gagnerais combien en poids ? Ayant eu le plaisir de t’accompagner quelques milles par petit medium, j’ai trouvé que Ramses 18 semblait vraiment chargé même si la navigabilité globale n’était pas en cause. J’imagine que ce n’est pas en ponçant les lattes que tu gagnerais du poids. A l’inverse qu’est ce que tu as regretté de ne pas avoir emmené?

  2. Hello Louis,
    Ainsi tu es bien rentré OUF !
    Je crois que ce que tu nous as laissé c’est bien mais la partie la plus intéressante c’est ce que tu ne nous a pas dit :
    – motorisations par exemple,
    – les sacs dit étanches
    – la bouffe (lyophilisé et autre)
    – les fringues (sèche, isotherme etc…
    – l’électricité hors moteur…
    En clair si tu devais refaire qu’emporterai tu à coup sûr et que laisserai tu à terre…(sauf le réglementaire bien sur et la sécurité) ?
    La bise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.