C05 Buzet sur Baïse

Parti de Pont des Sables à 7h15 ce matin premier août,  avec trois batteries chargées à bloc,  arriverai-je à parcourir les 29km et les quatre écluses qui me séparent de Buzet sur Baïze ? Après une nuit trampoline sans pluie, le ciel ce matin est bien gris.

Il ne pleut pas. Les platanes sont bien alignés et ombragent le canal.

DSC_0830

Je suis toujours en combi sèche et polaire.  Très bien pour supporter la fraîcheur matinale. Mais la chaleur n’est pas loin. Les km défilent,  les % de charge batterie baissent, le soleil monte. La première batterie passe les 11,5 km et une écluse. Super, je me met en short et tee-shirt,  j’entends les premières cigales. La seconde batterie passe 11 km et trois écluses, la troisième batterie arrive à Buzet sur Baïze presque à mi-charge. Je suis plus serein avec trois batteries et trois chargeurs.  Agen/Boe demain, Toulouse dans cinq jours, la Méditerranée dans deux semaines,  le rêve ! « Attendons de voir » me susurre à l’oreille le principe de réalité. D’accord, attendons de voir. Il ne faut pas oublier les environ 75 écluses à passer.

DSC_0838

Donc soirée à Buzet, au milieu des hirondelles, et sans oublier pour le dîner les crus locaux de Buzet sans retenue mais sans abuser. Une petite bière au café du Commerce,  bizarre l’ambiance, plein de sac plein de journaux et partout plein de plantes en pot bien arrosées. Et plein de moustiques, le patron semble surpris par ma remarque. Je sors, avec déjà cinq belles piqûres, finir le blog du jour et finir la bière sur la terrasse à l’abri des moustiques qui n’aiment pas le plein jour.

Heureusement, je me suis rattrapé au dîner.
DSC_0835

Bonne nuit toutes et tous.

Plusieurs commentaires sur “C05 Buzet sur Baïse

  1. Autre question qui me taraude.
    Quand tu fais des « nuits trampoline » tu as une moustiquaire.J’imagine que tu as droit au comité d’accueil sur les bords de la Garonne ..

    • Non rien, mais en polaire Nounours et combinaison sèche ça laisse peu de choix aux moustiques. Juste une tête cheveulue et barbue et deux mains pelotonnées sous le foc. C’est mon odeur qu’ils aiment bien.

  2. Sympa ton périple,
    Je me suis intéressé à l adaptation que tu as réalisé sur l arrière
    J avais écrit à FCata pour voir si quelqu un avait envisagé d équiper les D18 d ailes pour les dorsalgiques lombalgiques et autres éclopés retraites qui prennent encore plaisir à naviguer .
    Je suis ton trajet peut être reprendrons nous cette discussion a ton arrivee…

  3. Buzet sur Baïse ou toute la finesse de la langue française dans un tréma judicieux 😉

  4. salut Ramses ,
    cette partie semble paisible et bucolique mais pas moins longue pour autant . Une question me taraude : comment gères-tu …. comment dire…l’odeur? le parfum? de ta sèche après 3 mois d’utilisation quasi quotidienne , voire parfois 24h/24 ? je tombe peut-être là dans l’intime ? l’autre grand voyage? la rencontre avec soi ?…..

    • Pour les odeurs, Claire lui a demandé de passer rapidement sous la douche en arrivant à la maison… et c’était, il y a un mois…

    • Je profite d’une panne à l’écluse 20 St Jean des Vignes pour répondre à cette question qui taraude ton esprit concernant les parfums. La combinaison secrète pour la sèche est de rincer l’intérieur à l’eau douce une à deux fois par moi. De même la polaire intégrale type Nounous passe à la machine à laver tous les quinze jours et en sort avec ce doux parfum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.