Comment fais-tu ? n°1 : Pour resaler

En théorie : Le resalage en catamaran en solo-solo est bien la première question à traiter car « Pas de resalage = pas de départ ». Mettre au point un système de resalage : c’est facile sur le papier ! Dans la vraie vie, il faut aussi connaitre tout le poids embarqué. Puis répartir ces poids sur les coques comme sera la configuration en navigation. Ensuite, parmi les nombreuses solutions existantes, celle retenue consiste à fixer un tangon de resalage sous le pied de mat d’un coté et de l’autre coté accrocher un bout quelque part sur la coque du haut. Il faut alors définir quel angle fait le tangon de resalage avec la poutre avant prise comme référence d’angle. Vers 70-80°, donc presque perpendiculaire à la poutre, dès que l’on tire sur le tangon on touche l’eau et donc plus de poids, et plus de couple positif pour resaler. Vers 10-20° la difficulté est de « grimper » sur le tangon qui est presque vertical et le couple positif est très faible. Il y deux éléments à bien comprendre : Le premier élément c’est le couple de décollage pour décoller la tête de mat de l’eau au dessus de l’horizontale et tout le haut de la GV aussi. Le couple négatif à vaincre est constitué principalement, d’une part, par le mât, la GV et autres voiles éventuelles trainant dans l’eau et, d’autre part, par la coque du haut et tout ce qui y est accroché et un peu les poutres et ce qui est fixé sur le trampoline. L’hypothèse de dire que la coque du bas dans l’eau est l’axe de rotation du resalage et que les poids fixés sur cette coque du bas ont très peu de couple négatif est une hypothèse réaliste. Le deuxième élément est l’angle du point d’équilibre à dépasser. Cet angle est variable en fonction de la poussée du vent sur les voiles. Généralement le trampoline passe sous le vent et alors le vent à un effet bénéfique sur le trampoline puis sur la voile pour donner du couple positif. Sinon il faut laisser tourner le cata avec le vent pour mettre le trampoline sous le vent, facile à dire, parfois difficile à faire par vent fort. Quand la tête de mat commence à bien décoller, haut dessus de l’horizontal, et que la GV sort de l’eau toute rotation vers le resalage diminue le couple négatif, et augmente le couple positif du barreur au bout du tangon de resalage. Il n’y a plus qu’a laisser faire la gravité universelle et çà continue de resaler jusqu’à dépasser le point d’équilibre sauf… Sauf si le barreur touche l’eau avant.
En pratique avec des chiffres : j’ai fait de nombreux essais et cassé plusieurs tangons. Les premiers essais ont été fait sur l’herbe. Le premier point de fixation du tangon est sous le pied de mat avec un  « bout » glissé dans la fente de la poutre, là où se glisse le bord du trampoline. La force transmise par le tangon sur ce point est très forte et pas toujours dans l’axe de la poutre. Le second point de fixation est aussi sur la poutre au bord intérieur de la coque du haut, là aussi la force appliquée est très forte (je n’ai pas fait de calcul) et tend aussi à sortir le bout de la rainure de la poutre. Ce bout est fixé vers le milieu du tangon. Essais de positionnement du tangon de resalageL’angle tangon poutre est de l’ordre de 45° pour ne pas toucher l’eau et la longueur du tangon est passée à 3,5m pour avoir assez de couple au décollage et un peu de marge. Les tangons de 20 à 40 mm de diamètre en 2mm d’épaisseur ont cassé. En 38mm -3mm çà casse aussi, en 51mm -3mm ça tient avec un fort fléchissement avec mes 75 kg. La valeur retenue est 40 mm de diamètre et 5 mm d’épaisseur et ça se fléchît encore un peu. Et pour 3,5 m de long le poids du tangon est de 4.2kg et en tout, avec grosses manilles forgés et mousquetons, le kit resalage pèse prés de 6 kg. D’autres essais ont été fait sur l’eau. Il en ressort qu’il faut fixer le tangon vers l’avant et l’arrière pour éviter l’effet de pendule. Et pour « monter » en haut du tangon pour le décollage, une simple échelle de corde fait parfaitement l’affaire avec des « marches » assez large en bas pour y passer le pied et espacée de 40 cm max en haut pour pouvoir enchainer le hissement une main après l’autre.
La procédure est voulue très simple. Après le dessalage, monter sur la coque, allez à l’arrière, choquer la GV, décrocher le tangon, revenir au milieu en tenant le tangon et juste lever et fixer le tangon avec le mousqueton à l’entrée de poutre, tenir l’échelle de corde et se jeter à l’eau, monter sur l’échelle de corde jusqu’à attraper l’extrémité du tangon, ça resale, lâcher le tangon qui s’enfonce dans l’eau en tenant toujours l’échelle de corde, revenir avec l’échelle de corde prés du hauban, mettre un pied sur le tangon dans l’eau et attraper la poignée du câble de trapèze et se hisser sur la coque par l’extérieur (attention si vent fort à ne pas redessaler en tenant le tangon dans l’eau par la corde de l’échelle), aller sur le trampoline à l’arrière, attraper le bout de tenue arrière du tangon, le remonter et le fixer.
Et en vidéo. La première vidéo est sur l’herbe et montre le décollage jusqu’au point de bascule avec 150 kg de charge, 75 kg sur la coque du haut et autant sur la coque du bas. Et avec en plus 8kg de charge en bout de mat.


La seconde vidéo est faite sur l’eau, le catamaran à moitié chapoté (pas assez de fond), avec 150 kg de charge, 75 en haut 75 en bas. La vidéo ne montre pas toute la procédure mais juste le demi « déchapeautage » et le resalage, avec Pierre à la caméra

Plusieurs commentaires sur “Comment fais-tu ? n°1 : Pour resaler

  1. Bonsoir Ramses,c’est génial que tu puisses réaliser ton projet. Il est évident que tu as pensé à bcp de choses,nav,nourriture,ré salage,etc.nous te souhaitons
    De bons moments,de navigation,de découvertes ,de relations humaines,et de te découvrir face aux différents éléments qui vont jalonner ta route.bon courage,nous te suivons,même si nous ne postons pas de commentaire,( nous devons être nombreux comme cela) Dominique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.