Route 04 du Touquet à presque Dieppe, ma première galère

12 Mai, 5 heure du matin, Club House du CNT.  Réveil, petit déjeuner type « Voyager » 1000 kCal, vérification des Gribs, des forces et directions du vent pour la journée, rangement et préparation du départ, contrôle des fixations des sacs, hissage des voiles et largage des amarres, il est 6h45. Départ sur La Canche à la voile au petit largue et avec le courant me sortant de la baie. Je suis scrupuleusement le chenal vu les bancs de sables aperçus la veille et arrive à la barre à chevaucher très cavalièrement pour passer les vagues de la houle bien formée. Vent au 240° à 9 nœuds. je vais assez loin au large où les vagues sont moins fortes et le courant plus fort et descend vers le Sud. Passage devant  Le Touquet, la baie de l’Authie, puis passage devant la baie de Somme avec un fort clapot très court, style lessiveuse et Rock’n’roll. Arrivent les grandes falaises de craies et de silex, avec des colonnades évocatrices, et des petits villages accrochés sur les pentes ou en bas des grandes failles. Enfin 13 heure, je passe devant Le Tréport et décide de continuer vers Dieppe au près plein Sud-Est, vent monté à 13-15 nœuds. J’avance bien, puis moins bien, puis encore moins bien. Au niveau de la Centrale de Penly le contre-bord pour m’éloigner de la falaise me fait reculer et je comprend que le courant devient trop fort et que les 7 miles restants à 2-3 nœuds vitesse fond me feront arriver très tard à Dieppe. 17 heure, je décide de faire demi-tour et de ne pas tenter d’aller à Dieppe, bonne décision. Retour grand largue avec le courant, des runs à 10 nœuds sur la houle. Arrive la première plage avec quelques bancs de sable apparemment, et pas de grosses vagues devant. Je décide d’y atterrir, mauvaise décision. A 5 mètres du bord je n’ai pas pied, les vagues sont là, et le sable recouvre à peine les gros galets. Trop tard pour s’échapper. Je beach, à moitié dans l’eau j’attrape le devant du bateau safrans hauts pour le mettre face aux vagues. Galère, le ressac est très fort et, avec deux anglais venus m’aider, on a du mal à tenir le cata qui se remet de travers. On remet l’avant vers le haut, mais la pente de la plage est trop forte et le cata trop lourd pour pouvoir le sortir du ressac, sinistres bruits des coques sur les galets. Je demande à un curieux d’appeler les pompiers. En attendant, avec les deux anglais, je descend la GV qui évidement prend le vent,  je l’enroule difficilement sur le sable, et détache les sacs pour les remonter plus haut sur la plage. Les pompiers arrivent enfin, je mets en place le chariot de plage, un gros boute au pied de mat, et enfin à 8 on remonte le cata en haut de la plage, le trampoline est plein de sable et de petits galets, une coque explosée sous la quille, l’autre guère mieux pleine d’eau. Je comprend là que « j’ai cassé mon bateau ». Grosse déprime après 10 heures de navigation. Les pompiers et pompières m’aident à démonter entièrement le cata, aidés par les gendarmes qui viennent d’arriver. J’informe P&O, le PC-Course, que je suis arrivé et que le cata est en vrac sur la plage. On range tout dans une fourgonnette direction la caserne des pompiers pour sécuriser le matériel. Le cata, le mât et le chariot de plage sont emmenés dans une aire fermée sécurisée et télésurveillée prés de la plage. Les gendarmes m’accompagnent à un hôtel où une chambre m’a été réservée. Je mange une compote de pomme et un yaourt qui feront les repas de la journée, 22 heure, je me couche. Fin de la galère.

13 Mai, 17 heure, Paris. Je suis rentré ce matin en train à Paris. Je retourne demain en voiture chercher tout le matériel et le catamaran pour les ramener à mon club.

Objectif: repartir le plus vite possible avec de bonnes coques pour continuer ce Tour de France Catamaran 2015. Le Blog restera donc silencieux quelques jours, sauf quelques états de l’avancement des remises en état du catamaran sur cette même page.

 

Route 03a de Boulogne au Touquet

10 Mai. Donc départ à la voile peu après 7 heure, disons 8h30, petit mot à la capitainerie sur le 12 et sortie de la rade. Petit courant pour et petit vent contre m’emporte vers le sud en louvoyant. Arrivée devant la baie d’Etaple vers 13h00, à marée basse. Mouillage et petite sieste à l’ombre (si, si! j’ai bien mis ma casquette) attendant la remontée. Pétole complet, attente d’une risée, rien mais quelques nuages sur la côte, un peu de thermique ?? Moteur lent vers la côte pour toucher un peu d’air qui m’emmène vers la plage du Touquet. Beaching un peu sportif et sans espoir de tranquillité. Je reprend le cata à pieds, galère,  et le tire jusqu’à l’entrée du chenal qui ouvre un passage sans vagues. Tiens c’est qui dans l’eau qui me regarde? Un phoque curieux de voir cet esquif flottant, pas comestible, pas d’intérêt, il repart. Dans le chenal j’aperçois des mâts desquels j’approche et trouve une mise à l’eau abordable.

20150510_170933

Arrivée au CNT

Bonjour, on peut vous aider, oui merci, et Gabriel, puis deux, trois quatre personnes m’aident à remonter le cata sur son chariot de plage en haut de la mise à l’eau. Venez prendre une petite bière, bonjour le CNT, Club Nautique du Touquet. Remontée du cata devant le club, mais si, vous pouvez rester dormir ici ce soir, et demain aussi…

20150510_182236

Qu’est ce qu’il fait? Qu’est-ce qu’il a? Qui c’est ce mec là? il a une drôle de tête ce mec là!

.

20150510_182332

et puis son cata, qu’est-ce qu’il a? il est drôlement bizarre, les gars!

Remise du guidon CNT et rendez-vous demain matin, on passe vous prendre pour le petit déjeuner à 09h15.

Le smartphone est en panne (touch panel en panne), la VHF est en panne, et la fatigue harassante. J’accepte avec plaisir ces propositions.

6h45, croa! croa! croa! et Toc, toc, toc! une fois, deux fois, etc… C’est un corbeau qui croasse et frappe à la fenêtre de club house du CNT. Un habitué quémandant sa pitance surement…

DSC_0043

vue du Club House du CNT à droite

DSC_0045

vue du Club House du CNT à gauche

9h15 Denis passe me prendre pour petit déjeuner chez lui avec Dominique. Accueil très sympathique et histoire de voile, de navigation et des ports environnants, Denis connait en détail toute la cote anglaise, et histoire de jeune retraité (moi) et du smart des clubs anglais (Denis). Puis visite du Touquet, de l’hôtel de ville, de la place des marchés, des résidences Est et Ouest de différents styles architecturaux, et de la plage. Retour au club.

DSC_0046

vue de chez Denis et Dominique, la plage

Pour la journée je prévois: -Nettoyage complet du catamaran, enfin la coque va retrouver son vrai blanc. -Contrôle des mariages des couples alu/inox, OK. -Retouche du  matage de l’éolienne. -Retendre le trampoline, -toujours rangement des sacs, -et mise à jour du blog.

20150510_180040

Nettoyage et bricolage devant le Club House du CNT

Mais d’abord, préparation du barbecue avec Frank, Quentin et René (le président du club) quand soudain apparaît Elise demandant à voir le navigateur qui vient d’arriver! Sourire, c’est moi, oui! que puis faire pour vous? Vous raconter mon aventure ?? Oui, c’est pour « Les échos du Touquet »! Pas préparer du tout le Ramses à parler de lui pour les lecteurs des échos du Touquet avec son aventure disons plutôt spartiate et en tous cas courageuse (ou le contraire). Il y a déjà plus de 100 followers quotidiens en moyenne sur le site, le compteur va exploser…

DSC_0047

Frank, Quentin et René (le Président)

Donc barbecue avec Frank, Quentin, et René (le Président du club), les aventures de chacun, le PSMer (Premiers secours en mer) et intervention sur le terrain, Frank et les sous-marins, Quentin et les élèves en formations, éclair au café, et petit café… le temps passe au soleil sur la terrasse du club house (si, si! j’ai bien mis ma casquette). Et mise à jour du blog, quoi déjà 17 heure! je me met au travail sur le cata…

La cata est prêt à repartir demain matin 6h25, bien attaché en équilibre sur le ponton.

20150511_193903

Départ arrière lancé pour repartir à marée haute

Un bon dîner, avec les restes du barbecue et des lyophilisés de Voyager, fournisseur aussi d’Yvan Bourgnon. Le smartphone s’est mis à refonctionner avec la chaleur du soleil. Je répare la VHF avec la méthode forte, à savoir comme elle a un peu remarché quelques minutes ce main avant de retomber en panne, je l’ai complétement ouverte et vivement rincé sous le robinet à l’eau douce plusieurs minutes pour éliminer ainsi tous les résidus salin et ionisés de l’eau de mer. Puis je l’ai laissé sécher sur le radiateur. Eveillé à 4h00 du matin, pour vérifier si le brouillard du soir persistait ou se dissipait, j’ai remonté la VHF qui s’est remise à bien remarcher. Allez, encore une bonne heure de sommeil rassuré, VHF OK et plus de brouillard.

Route 2bis de Calais à Boulogne

 

Samedi 09 mai, 16:00, quelques difficultés ce jour pour bloguer clairement, avec les belles photos préparées et leur position, et  surtout avec un excès de la  mousse de mai ,  donc je reprends Boulogne.

DSC_0008

Approche de Cap Blanc Nez

Vendredi 08 Mai, reprenons . Donc écluse de 05:25, amarrage sur une bouée dans l’avant port, hisser les voiles  tout finir de ranger et départ au moteur car pas de vent, échange de salutations avec la Capitainerie sur le 17 et sortie du port, vent léger avant 7 heure.

Départ de Calais

Calais

DSC_0005

Faut pas rester dans le chenal des Ferries

Le courant m’emporte à 2-3 nœuds vers l’Ouest, alternant petit vent et grosses molles. Enfin Cap Blanc Nez vers 10 heures.

La plage de Wissant comme un miroir, mise en route du moteur jusqu’au fameux Cap Gris Nez surmonté du CROSS.

DSC_0009

Au Cap quelques marmites remontant du fond, un peu comme dans le Golfe, en moins grand ce jour-là.

Puis vent et courant portant, 6-7 nœuds droit vers Boulogne.Super, c’est bien un Dart18 filant sur l’eau. Sentiments de liberté et de légèreté, hé oui. Mais moments trop courts car le vent tombe, je me rapproche de la côte avec le peu d’air qui reste, et dérive 2 nœuds vers Boulogne. Un peu de moteur pour rentrer dans la rade et rejoindre quai Chanzy.  Ciel gris et petit pluie et accueil des curieux devant ce catamaran façon baroudeur. Vite à la brasserie du coin, une grande bière et un « Welch » jambon, spécialité flamande au Chedar fondu dans un grand poêlon. Fatigué, après réparation du petit bout de l’enrouleur, je trouve un lit pas trop cher 39 Euro pour passer une bonne nuit après une bière et un spaghetti bolognaise.

Samedi matin 09:00 retour au bateau avant de trouver un petit déjeuner. Grosse mauvaise surprise en arrivant au cata. Recouvert de tâches verdâtre verdâtres partout. Faut voir les photos sont j’arrive à les insérer. Elles sont tombées en haut ce coup ci.

DSC_0011

DSC_0012

Et ce n’est pas tout…  je vais au Ship un achat et je revient pour la suite..

Donc la suite de la mousse de mai. Je vais à la Capitainerie Plaisance qui me prête un balai brosse et un tuyau d’arrosage…  Et j’arrose et je brosse, et j’arrose encore et brosse encore,  ouf c’est à peu près propre.

Et un haut-parleur annonce un lâché de barrage,  les mouettes et les canards quittent leurs cailloux et l’eau arrive de la retenue supérieure. Avec ! Avec la mousse de mai comme je l’appelle, et ça arrive et ça descend et ça s’accumule et ça s’entasse à presque recouvrir la coque arrière. Grosse déprime du laveur de coque.
DSC_0022

Aller, Force et Courage, comme disait si justement Marcel. Reprise du tuyau d’arrosage et du balais-brosse, quand PapaBar, Guide de pêche, est arrivé aussi pour nettoyer son bateau, très bien équipé avec karcher 150 bar qu’il m’a très gentiment prêté. Et renettoyage karcher avant que le « vert de mai », comme on l’appelle ici, ne se fige comme les pipes d’écume et laisse un vert indélébile. Pierre m’a dit que c’était « Phaeocystis globosa ».
Demain matin, un peu comme hier matin, départ 7 heures et descente avec le courant de marée et le vent qu’il y aura. Objectif une des trois baies à suivre.

Route 02 Boulogne ou Calais

iNews. Arrêt possible à Calais si trop lent.

Effectivement petit vent du Nord légèrement Est et courant contre, départ 11:00.

IMG_20150501_121045

Puis 3 heures pour arriver à Dunkerque, puis vent 10 nœuds, arrivée devant Calais à 18:00. Entrée dans le port dans la file d’attente après un Ferry et une Drague sortants et à suivre un Ferry entrant. Je l’ai suivi à la voile. Trop amusant. Puis la Capitainerie m’a envoyé un plaisancier entrant pour me prendre en remorque jusqu’à l’entrée de la Marina ou j’attends l’ouverture de 22:45 pour entrer dans le bassin Ouest.
DSC_0117

Enfin dormir sur le trampoline après un bon hachis parmentier chaud et mise à jour du blog !

Pour la suite, pas bon, du vent D’ouest  sur 5 jours plutôt trop fort. Et pas possible pour passer le Cap Gris Nez

Dimanche 14:00, rencontre avec Stéphane et Pauline, régatière en cata et en croiseur, admiratifs devant Ramses18 dans la Marina bassin Ouest.

Ils m’invitent à aller sur la falaise de Cap Blanc Nez pour voir le plan d’eau de Calais au Gris Nez. Pauline m’explique le décalage des renverses de courant entre le bord de côte et le petit large, les 2:30 de décalage entre la PM et la renverse, la baie de Wissant entre Blanc Nez et Gris Nez, comment enrouler Gris Nez qu’elle a passé très souvent et les temps au prés et au portant réalisés en régate avec le courant. Que du bonheur  toutes ces informations avec 50,4 noeuds en rise mesuré en haut de la falaise du Blanc Nez. Avec tous mes remerciements.

Donc les options sont: passer le 4, le 8 ou le 10 mai. Le 4 après la PM de 13:28, vent 17 noeuds mollissant et le risque d’atterrir sur la plage de Wissant. Le 8, même vent, après la PM du matin à 2:57 et attente dans l’avant port pour partir au levé du jour vers 6:15. Le 10, après la PM de 5:13, météo 12 à 16 noeuds plus incertaine.

Lundi 4 Mai. Option retenue, celle du 8 mai avec la marée du matin. Donc trois nuits cool dans un petit hôtel plutôt que sur le trampoline pendant le passage de la dépression à 20  30 noeuds. Ce matin le SAV Torqeedo, après un diagnostic du problème moteur m’a indiqué comment traiter ce problème de faux contact et mon voisin de ponton, Deniz,suédois, m’a passé du WD40 toujours aussi magique pour les contacts électriques.

Et pendant que je remontais le moteur, on m’a proposé une « passe » si je peux me permettre cette expression. M’acheter mon catamaran, ou faire le voyage, 1000 Euro ! En évitant de répondre c’est monté à 2000 Euro! J’ai arrêté la conversation déclarant que le catamaran ne pouvait pas faire ce voyage et que cela ne m’intéressait pas. Ensuite chez Fred le Shipchandler de la Marina je lui relate cette rencontre et lui demande oú je peux ranger mon moteur, objet de tant de désir. Il me propose de mettre le catamaran au fond de la Marina et m’y trouve une place royale que j’occupe de suite. Et là, nouvelle rencontre, admirant le Ramses18, Louis,anglais francisé si j’ai bien compris, me pose des questions et m’invite à prendre le thé à bord de Moonkey son bateau, nombreux échanges d’information de logiciel de navigation etc, etc. 19:00 je le quitte, on se reverra jeudi.

Mardi 5 Mai, 40 noeuds rafale sur la Marina.

DSC_0133

Doublage des amarres, arrêt de l’éolienne, impossible de travailler sur le catamaran. Des problèmes aussi pour mettre des photos sur le blog. Demain même temps. A suivre….

Jeudi 07 matin, triste retour au bassin Ouest après la tempête, des arbres tombés, tristes, déjà débités. Et aussi des bateaux renversés sur le quai, triste aussi.

DSC_0158

Dernier dîner à ma cantine sur la place d’armes: Le Centaure. Qualité / prix comme j’adore.
DSC_0162

 

 Pour la fin de cette étape, dîner tôt, couché tôt en sèche sur trampoline, réveil 04:30, petit déjeuner, passage écluse à 05:25, sortie du port à 06:0, et cap Sud-ouest avec vent et courant poussant, arrivée Boulogne espérée fin de matinée au plus tard, et plutôt si tout va bien. 

Etape 01 Bray-Dunes

A Knokke depuis lundi, j’attends un vent de nord-est pour descendre vers Bray-Dunes. Une fenêtre s’ouvre sur le 1 et 2 mai. J’en profite pour bien préparer et nettoyer le cata. Les coques brillent comme des miroirs, l’électronique est en place avec l’éolienne. Demain je monte le mât avec foc enrouleur, doublage des étais en sécurité, réflecteur radar et la pavillonnerie. Promis, demain je ferai une photo. Comme promis a photo, petit problème d’inversion….
DSC_0106
La fenêtre du 01 02 se confirme, le départ se précise sur le 01 vers 10h30. Ensuite le 02 passage du cap Gris Nez, après il y a moins de courant et moins bloqué par les vents de sud-ouest.

Donc départ effectif à 12h00, accompagné par Sven et ses amis en zodiac jusqu’à Zeebrugges vent du Nord légèrement Est 10 nœuds, donc des vagues, passage Ostende 3 heures après puis Nieuwpoort 1 après et enfin Bray-Dunes à 5 heures, comme prévu… Ouf! le vent est monté à un bon 25 nœuds mesuré toujours du Nord léger Est, aucune rotation à droite. Et arrivée sur la plage accueilli par Jean Marc, complètement essoufflé de courir car je filais à 12 nœuds vent arrière, pour la photo d’arrivée.

juste arrivée à Bray-Dunes

Et ensuite chapeau pour l’hospitalité sur la côte d’Opale, bienvenue chez les Chtis. Jean-Marc, qui venait voir les transformations du catamaran de Denis, m’a emmenè au YCBD, pour une bonne douche chaude, nettoyage du Dart18 et remise en place du foc à enrouleur,

IMG_0732

puis petitesss bièresss chez Jean-Marc et diner, dormir, et sécher le contenu des sacs étanches qui avaient pris l’eau. Contrôle de la météo pour demain vent d’Est 7 à 8 nœuds, très bon pour l’étape 02 Boulogne sur mer

Comment fais-tu ? n°1 : Pour resaler

En théorie : Le resalage en catamaran en solo-solo est bien la première question à traiter car « Pas de resalage = pas de départ ». Mettre au point un système de resalage : c’est facile sur le papier ! Dans la vraie vie, il faut aussi connaitre tout le poids embarqué. Puis répartir ces poids sur les coques comme sera la configuration en navigation. Ensuite, parmi les nombreuses solutions existantes, Lire la suite

Comment fais-tu n°02 Les Etapes

Les Etapes sont prévues de 30 à 40 miles nautiques en moyenne. L’observation des météos côtières actuelles à fin avril côte Ouest montre que c’est navigable en moyenne 5 à 6 jours sur 7 en se fixant une limite supérieure à 15 nœuds de vent. Chaque étape comporte aussi des points d’atterrissage intermédiaire, si pétole ou gros grains imprévus. Départ au plus tôt le matin et selon la marée pour profiter des courants, arrivée le soir avant 17h de préférence.
Lire la suite

Comment fais-tu n°03 Le Poids Embarqué

En théorie le poids embarqué peut paraître comme un problème assez simple en raid autonome en solo-solo. Le poids maximum embarqué du Dart18 indique 260 kg, ce qui, déduit les 80 kg du barreur, laisse 180 kg de matériel divers. Dans la configuration autonome et « zéro carbone pour le voyage » les principaux poids sont : Lire la suite